L’histoire surréaliste mais véritable des maîtres du monde qui veulent interdire les médecines naturelles et les compléments alimentaires.

, popularité : 54%

CODEX ALIMENTARIUS

Des lois au niveau européen qui permettent l’ élimination à terme des
médecines naturelles et des compléments alimentaires.

L’histoire inconnue de la naissance du Trust Mondial qui prépare ce projet ;
le lobby Pharmaco-Chimie

Aux environs de 1860, “Old Bill” Rockefeller, marchand forain de spécialités
pharmaceutiques, vendait des flacons de pétrole brut aux paysans naïfs, leur
faisant croire que c’était un traitement contre le cancer. Il appelait son
pétrole en flacon ”Nujol” (New Oil, nouvelle huile). L’affaire était
prospère. Il achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard
Oil pour 21 cents et la revendait 2,00 dollars. Très peu cultivé, peu
scrupuleux, sans connaissance ou formation médicale, avec quelques notions de
comptabilité et une avidité féroce, il sut s’imposer. Le Nujol fut
baptisé “cure contre la constipation”

Cependant des médecins découvrirent que le Nujol était nocif et provoquait des
maladies graves, éliminant les vitamines liposolubles du corps. La Standard
Oil lutta contre la chute des ventes en ajoutant du carotène au pétrole brut
pour parer à toute carence. Le sénateur Royal S. Coperland de New York était
payé 75 000 dollars par an pour promouvoir le Nujol.

L’Empire Rockefeller s’est construit grâce à cette formidable supercherie qui
consiste à faire ingérer un dérivé de pétrole brut enrichi de carotène aux
populations. C’est ainsi que les fondements de l’industrie pharmaco-chimique
furent posés. Nous sommes bien loin des médecines chinoise, tibétaine,
védique ou perse. Le succès commercial du Nujol permit de diversifier la
production pharmaco-chimique et d’atteindre : des sommets en bénéfices.

En 1948, le chiffre d’affaire annuel de la Rockefeller s’élevait à 10
milliards de dollars. Le médicament Nujol existe toujours sous forme d’huile
de paraffine pure, classé comme laxatif doux. Il est recommandé pour la
constipation chronique rebelle aux thérapeutiques hygiéno-diététiques
habituelles. Il est fabriqué par le laboratoire Fumouse.

ROCKEFELLER et I. G. FARBEN

Le Trust de la pharmaco-chimie tel que nous le connaissons fut conçu par une
association de la Rockefeller avec l’IG Farben de l’Allemagne nazie. La
Standard Oil détenue alors par John D. Rockefeller prit alors une
participation de 15 % dans ce nouveau trust germano-américain en 1939.
L’industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée par les Alliés pour
préserver les intérêts de la Rockefeller !

Dès 1932, l’industrie pharmaco-chimique IG Farben finança Adolf Hitler à
hauteur de 400 000 Deutsch Mark. Sans ce soutien, selon le Tribunal de
Nuremberg “la deuxième guerre mondiale n’aurait pas pu avoir lieu...”

En 1941, IG Farben établit la plus grande industrie chimique du monde à
Auschwitz, tirant profit de la main-d’œuvre du camp de concentration
fabricant le gaz Zyklon B. Au procès de Nuremberg, 24 responsables de la IG
Farben ont été déclarés coupables de génocide, d’esclavage, de pillages et
d’autres crimes.

Le Tribunal de Nuremberg avait alors scindé la IG Farben en BASF, BAYER et
HOECHST.

Tous ces anciens responsables furent cependant libérés après leur condamnation
en 1952 avec l’aide de Nelson Rockefeller leur ancien partenaire commercial.
Il était alors ministre des Affaires étrangères des USA. Une fois libérés,
les dirigeants d’IG Farben infiltrèrent les plus hautes fonctions de
l’économie allemande.

Jusque dans les années septante, les PDG des sociétés BASF, BAYER et HOECHST
étaient des anciens membres du parti nazi. Ils financèrent, à partir de 1959,
le jeune Helmut KOHL. Avec le support politique de ce dernier les trois
filiales issues de l’IG Farben sont actuellement vingt fois plus grandes que
la maison mère initiale de 1941.

L’organisation NAZIE de mondialisation associée à Rockefeller est une réussite
totale.

Depuis longtemps la planète fut quadrillée, organisée et gérée pour
assurer une expansion industrielle mondiale de la pharmaco-chimie.

IG Farben et le Codex Alimentarius

Suite au démentèlement du Cartel d’IG Farben, les businessmen se réorganisent
sous un nouveau nom : Association de l’Industrie Chimique. En 1955,
l’industrie chimique pharmaceutique mondiale s’est regroupée sous les
auspices de la Chambre de commerce Internationale des Nations Unies et du
Gouvernement allemand.

Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de CODEX ALIMENTARIUS. Un
grand nombre de partis politiques européens dits de droite et de gauche
furent financés par cette industrie pour assurer des législations favorables
à l’industrie pharmaceutique.

Les objectifs du Codex Alimentarius

Le CODEX ALIMENTARIUS entend mettre hors la loi toute information alternative
de santé en rapport avec les vitamines, les thérapies naturelles, les
compléments alimentaires et tout ce qui constitue de près ou de loin un
concurrent potentiel. L’état d’esprit qui préside à la mondialisation
pharmaco-chimique explique en grande partie la destruction systématique de
tous les novateurs scientifiques indépendants depuis 50 ans. Cette industrie
emploie tous les moyens pour garder ses parts de marché en matière de cancer,
sida, maladies cardio-vasculaires, etc.

Nous sommes pourtant en mesure depuis des décennies de soigner et de guérir
dans bien des cas toutes ces maladies, dites de grand public.

La mise hors la loi de toute information sur les médecines alternatives
bloquera l’éradication de certaines maladies assurant toujours plus de
profits à cette industrie mondiale qui ne traite que les symptômes sans
s’attaquer aux causes.

CODEX “Alimentarius” La MISE EN ACCUSATION

Une légion de lobbystes pharmaceutiques est employée pour influencer les
législateurs, pour contrôler les organismes de réglementation, pour manipuler
la recherche médicale et l’éducation (dons du Trust de la pharmacie : en
1961, Harvard 8 millions de dollars, Yale 8 millions, John Hopkins 10
millions, Stanford 1 million, Université Colombia de New York 1,7 million,
etc.), tout cela en dollars.

L’information des médecins

est intégralement financée par ces trusts qui cachent soigneusement un grand
nombre d’effets secondaires dangereux, voire mortels en les reniant
publiquement.

Après avoir établi la genèse de ces crimes en col blanc et prouvé la
responsabilité des industries pharmaceutiques concernant la mise en place
d’une politique mondiale de génocide disséminé, le Dr Mathias Rath a remis un
acte d’accusation pour crime contre l’humanité à la Cour internationale de
Justice de La Haye le 14 juin 2003.

Le 13 mars 2002, nos euros-députés adoptèrent des lois en faveur de
l’industrie pharmaceutique, fixées par des dispositions du CODEX ALIMENTARIUS
visant à élaborer une réglementation coercitive pour toutes les thérapies
naturelles et suppléments alimentaires. Une manière détournée de détruire des
concurrents pour prendre des parts de marché car, dans ce système, la santé
se vend et s’achète.

Une fronde de plusieurs millions de pétitionnaires inonda les messageries des
euro-députés à tel point que les communications internes en furent bloquées.
Ce vote fut un véritable déni de démocratie augurant de futures difficultés
pour la construction de l’Europe.

Application des directives du Codex Alimentarius

A partir de juillet 2005 les directives du Codex Alimentarius nommées
Directives Européennes sur les suppléments alimentaires
devaient être misent en place sous peine de sanctions financières.
Heureusement, il y a eu de la résistance.....

En quoi consistent-elles, ces directives ?

1) Il s’agit de supprimer tout supplément alimentaire naturel. Tous seront
remplacés par 28 produits de synthèse pharmaceutique à bas dosage (car
toxiques) et seront seuls disponibles en pharmacie sous prescription
médicale.

2) Les médecines naturelles telles qu’acupuncture, médecine énergétique,
ayurvédique, tibétaine etc., se verront progressivement interdites.

3) L’agriculture et l’alimentation animale se verront réglementées selon les
normes du complexe pharmaco-chimique, interdisant du même coup l’agriculture
bio-dynamique.

4) L’alimentation humaine certifiée légale devra être irradiée (au cobalt).

Le Codex Alimentarius contrôlera l’accès aux acides aminés essentiels, les
huiles de poisson, les vitamines et les minéraux. L’élargissement des
contrôles opérera progressivement, mettant à mal toutes les médecines
alternatives ancestrales ou naturelles.

L’heure de la solidarité est venue !!!

Le non massif à la Constitution européenne est aussi un non au Codex
Alimentarius, organe de propagande du complexe pharmaco-chimique qui vise le
monopole mondial le plus despotique que nous n’ayons jamais connu. Ne pas
prendre en compte l’opinion de centaines de millions de citoyens est une très
grave inconséquence de la part de nos hommes politiques. Des centaines de
millions de citoyens à travers le monde n’entendent pas laisser des médecines
naturelles plus que millénaires être interdites pour les parts de marché de
la pseudo-science pharmaceutico-chimique...

DANGERS de la PHARACO-CHIMIE

Tous les ans 800 000 personnes meurent en Amérique du Nord sur prescriptions
médicales allopathiques. La pharmaco-chimie tue beaucoup plus qu’elle ne
soigne.

Un rapport de l’ONU affirme d’ailleurs que sur 205 000 médicaments de ces
industries seuls 26 sont indispensables. Parmi ces 26, seulement 9 devraient
bénéficier d’une priorité absolue. Si l’on a recours aux médecines chinoise,
perse et indienne, ces 9 complexes chimiques ne sont presque d’aucune
utilité. Autant dire que sans pharmaco-chimie le monde se porterait beaucoup
mieux.

Résistance internationale au Codex Alimentarius

L’Afrique du Sud a affirmé qu’elle ne se conformerait pas aux directives du
Codex Alimentarius. Le ministre de la santé Manto Tshabalala-Msimang a
déclaré que son pays est en désaccord avec cette dichotomie entre médecine
naturelle et médecine allopathique. Selon ses conclusions, ces dispositions
visent à faire de l’argent à partir de remèdes brevetés et ainsi à
discréditer l’usage des produits naturels.

L’Inde ne se conformera pas aux directives du Codex Alimentarius qui a fait la
promotion de formules pour bébés contenant des ingrédients chimiques causant
une inflammation destructrice du cerveau chez les bébés sensibles. Le délégué
indien chargé de plaider l’affaire auprès du Codex a été ignoré et lorsqu’il
insista pour obtenir un débat, il fut expulsé de la salle.

L’association des médecins et chirurgiens américains a exprimé son opposition au Codex afin d’avoir un recours possible à des remèdes naturels.

Au Royaume-Uni, les médecins exerçant des médecines naturelles, appuyés par
des membres de la Chambre des Lords se sont fermement opposés à la politique
pro-Codex de Tony Blair. Ce dernier est taxé d’hypocrite puisqu’il a été
relevé publiquement qu’il utilise pour sa famille des remèdes naturels, des
compléments alimentaires et l’homéopathie. Tony Blair est président de
l’Union européenne depuis le 1er juillet 2005, premier jour d’application des
directives du Codex Alimentarius.

Deux idéologies opposées

Nous assistons à un bras de fer entre deux conceptions du monde. D’une part la
liberté du choix thérapeutique généralisé sur le plan mondial et l’idéologie
Rockefeller dont l’unique objectif est de vendre sans scrupules, d’asseoir
une hégémonie et un pouvoir mondial. Breveter le vivant, tout refaire en
molécules synthétiques, nier toute médecine autre que celle de la
pharmaco-chimie. Cette politique de tous les trusts affiliés au Codex n’a
rien de démocratique et vise à modeler les masses à leur gré en fonction de
leurs besoins (éducation, fausses normes scientifiques, propagande tordue,
destruction des médecines ancestrales et naturelles). Le Codex Alimentarius
croit pouvoir nier l’opinion des peuples et pouvoir modeler les masses à son
gré. Le Codex pense pour vous, agit pour vous et vous protège de vous-même
selon des normes qui causeront votre perte.

Cependant, les vrais biologistes existent, comme les authentiques médecins,
les vrais thérapeutes ou chercheurs souvent violentés par l’arrogance du
Cartel pharmaco-chimique. Ils ont établi le concept de bio-individualité
fondée sur la liberté du choix thérapeutique des patients.

La maladie a une connotation spécifique dans la vie d’un individu. Ghandi,
lui, disait à propos des Occidentaux : “l’homme blanc ne vit pas, il
fonctionne !”

Aujourd’hui le choix nous est donné de vivre au lieu de fonctionner.

Frédéric MORIN

Quelques références :

http://www.pharma-faits.fr/

www. kospublishing. com

www. friendsoffreedom. org

Le libre choix thérapeutique pour les peuples du monde ?

Un rêve peut-être déjà presque oublié ! Une des dernières libertés d’un monde
qui risque de basculer dans l’obscurentisme.
Libérons nous de cet esclavage, de ce système de santé obligatoire qui crée
les maladies grâce à des potions chimiques devenues officielles.

Et si vous voulez en savoir plus :

http://www4fr.dr-rath-foundation.org/nouvelles/2007_11_nov_09_question_a_la_ec.htm
Notre association organise des réunions chaque semaine dans la région de
Bruxelles et du Brabant Wallon pour vous raconter cette histoire et vous informer de ses effets néfastes.

Inscrivez-vous sur le site et demander des renseignements.

Racontez cette histoires à vos amis, à vos enfants,...

Cela peut sauver des vies humaines...